8 mars - La nuit est à nous


vendredi 8 mars 20:00
Marseille Féministe
Cours Julien Marseille
Marseille
Voir sur une carte




✊ Marseille féministe : la nuit est à nous !

———————————
➡️ Le 8 mars, à 20h (*), à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits de femmes, occupons le cours Julien !

(*) Départ du haut de la Canebière après la marche et montée au Cours Julien avec la batucada Mulêketù
———————————

▪️ Pour nous réapproprier l'espace public, nous organiser et mutualiser nos forces,
▪️Pour nous mobiliser et faire connaître les luttes féministes.
Pour échanger, partager nos connaissances, nos ressources et nos savoir-faire.
▪️Pour nous retrouver et nous unir, avec nos spécificités et nos différences, qui font aussi notre force, en incluant toutes les personnes luttant contre le système patriarcal.

👉Le 8 mars est un moment fort pour fêter les acquis des luttes féministes, et revendiquer l’égalité entre tous et toutes, en terme de droits, mais aussi de participation à la vie économique et politique.

👉Parce que nous voulons aussi échanger autour de ce qui nous préoccupe : les inégalités sociales et économiques, les stéréotypes et les stigmatisations liées au genre, et les multiples oppressions qui peuvent s’y ajouter : de classe, racistes, sexuelles, lesbophobes ou transphobes.
Parce que nous voulons prendre la parole pour rendre publiques ces violences et discriminations.

👉Parce que nous refusons qu’on parle pour nous, qu'on déforme nos idées et nos actions, qu’on les instrumentalise à des fins marketing ou pire, racistes.

👉Compte tenu également de la brutalité de la politique municipale à Marseille, il nous semblait nécessaire de nous réapproprier l’espace public et de donner la parole aux femmes en luttes qui se battent déjà sur notre ville.

▪️Réapproprions-nous l'espace public, dans la continuité des luttes marseillaises qui dénoncent l’incurie de la politique municipale et exigent un droit à la ville pour tou·te·s.

—————————-
Faisons bloc.
Prenons la parole.
Prenons la rue.
Prenons la place.
Prenons la nuit !
Pour une Marseille féministe et populaire .

✊ Occupons le Cours Julien, ensemble, le 8 mars, à 20h.
—————————

🔴 Manifestant, qui lave ton gilet ?
La classe dominante, blanche et masculine continue becs et ongles à défendre ses intérêts. En témoigne ses agissements de boy’s club sexistes récemment dénoncés dans le monde journalistique.
Si le taux de précarité et de pauvreté est bien plus important chez les femmes et les minorités de genre (sans parler de celles qui cumulent les oppressions), c’est aussi parce que certains, là-haut, défendent un ordre social bien hiérarchisé, nous refusant à travail égal, salaire égal, nous assignant à des métiers sous-payés, en temps partiels imposés, entraînant de fait des rythmes de carrière et des droits sociaux amputés.
Face à ces inégalités sociales et économiques, les femmes ripostent !
Que ce soit sur le travail, le mal logement, la dégradation de nos services publics, sur les ronds-points, dans les entreprises ou dans les quartiers populaires, ce sont les femmes qui se retrouvent en première ligne et se mobilisent. À Marseille, prenons la parole le 8 mars !

🔴 Notre corps, nos désirs !
Ensemble, réaffirmons le 8 mars notre droit à disposer librement de nos corps ! Défendons le droit à l’avortement et à l’accès à la PMA pour toutEs. Stop aux mutilations génitales ici comme ailleurs (excisions, pressions à la stérilisation des personnes trans, mutilations sur les personnes intersexes entre autres). Dépsychiatrisons et déjudiciarisons les parcours de transition administrative et médicalisée !
Parce que la violence est l'un des mécanismes de contrôle de nos corps, nous nous opposons à toutes ses formes, où qu'elle ait lieu. Lutter contre ces violences est un préalable nécessaire pour des vies et des sexualités libres. En France, malgré les effets d'annonce, les pouvoirs publics peinent à lutter contre les violences masculines. Une femme meurt toujours tous les 3 jours sous les coups de son conjoint. Stop au féminicide !
Non c’est non ! Dans la rue, au bar, chez nous et nos proches, au travail ou chez le médecin. La drague consentie, n'a rien à voir avec du harcèlement. Les violences sexuelles, sexistes et gynécologiques doivent cesser ! À Marseille, laissons librement s’exprimer nos désirs !


🔴 Dès l’enfance !
Ensemble défendons l’égalité de genre !
Les cours de récréation comme les parcours scolaires continuent de reproduire les inégalités sexuées. Si le gouvernement trouve prioritaire d’accrocher des drapeaux français dans les classes, il nous semble vraiment plus urgent de rétablir les ABC(D) de l’égalité et de promouvoir une éducation non sexiste, qui fasse la part belle aux preuses chevalières et aux sorcières de tous les pays ! L’industrie du jeu reprend à son compte et véhicule les stéréotypes de genre : petits garçons mécanos et femmes cuisinières. Nous valons toutEs mieux que cela ! À Marseille comme ailleurs en France, défendons l’accès pour toutEs à une éducation scolaire, sportive et culturelle émancipatrice.