Sortie Théâtre - Nickel (Voguing)


vendredi 24 janvier 20:00
→ 22:00
Caélif Etudiants Lgbt+
Nouveau théâtre de Montreuil
10, place Jean-Jaurès - Montreuil
Voir sur une carte




🌈 L'année 2020 démarre en beauté 🌈

Le Caélif organise en partenariat avec le Nouveau théâtre de Montreuil une sortie théâtre le 24/01 pour aller voir la nouvelle création de Mathilde Delahaye sur le thème du voguing ! A l'issue de la représentation, une rencontre aura lieu avec la metteuse en scène et son équipe !

"Nickel", c'est l'histoire du Nickel Bar, une ancienne usine d'extraction de nickel et nouveau bar-discothèque, lieu de voguing. Cette pièce est née de la rencontre entre la metteuse en scène et des vogueurs parisiens.

👉 Prix des places : 8€ par personne
Il s'agit d'un tarif négocié par le Caélif, afin d'en profiter il faut prendre son ticket ici : https://www.helloasso.com/associations/caelif-etudiant-e-s-lgbt/evenements/sortie-theatre-caelif-nickel-piece-sur-le-voguing

📍 Date et lieu : Nouveau théâtre de Montreuil, Vendredi 24 Janvier

👀 Découvrez le teaser du spectacle ici : https://www.youtube.com/watch?v=okYCv25Lpes&feature=youtu.be


🦋Extraits🦋

"Le Nickel Bar est un bar discothèque, ouvert tous les soirs sauf le lundi, de dix heures à quatre heures du matin. Situé à la frontière du quartier noir, il était jadis exclusivement réservé aux Noirs. Et puis, avec l’apparition des danses acrobatiques, dont le Nickel Bar fut très vite le territoire consacré, on ne put pas refuser l’entrée aux spécialistes non-Noirs qui prétendaient se mesurer à la clientèle habituelle. Il y eut même un moment où, à cause de ses concours et ses démonstrations, le Nickel Bar faillit devenir un endroit à la mode, et quelques personnes chic se risquèrent deux ou trois fois sur les lieux, pour pouvoir s’en vanter après. Mais il n’est jamais devenu un endroit à la mode, pour la simple raison que le propriétaire s’est toujours refusé à installer la climatisation; en toutes saisons, la température intérieure passe de trente degrés en début de soirée, à cinquante degrés au petit matin; trois gros ventilateurs brassent mollement un air humide et brûlant, et il n’y a même pas de vestiaire où laisser ses habits."
Extrait de la pièce, Nouveau Théâtre de Montreuil